Restos Bars
Article précédent  Article suivant

Le resto des initiés

Le resto des initiés

Jackie ne prend plus les réservations ("c'était trop le bazar"), Jackie est au four et au moulin, Jackie s'agite, Jackie rouspète. Mais elle est attachante cette Jackie. Depuis plus de 30 ans, cette cuisinière fait bouillir les marmites de son resto biscornu d'Ainay. Comment ça s'appelle ? "Chez Jackie", quelle question !


C'est le genre de resto de quartier où rien ne change jamais. La déco est de bric et de broc, les plats sont rustiques et la liste des habitués est longue. Les fidèles ont même leurs ronds de serviettes attitrés, les veinards. Pas de carte, on vous balance, à votre arrivée, les deux plats du jour. Aujourd'hui, c'était lasagnes, filet de flétan et basta. Vous hésitez pour les desserts ? Allez reluquer les gâteaux alignés sur la table, à l'entrée. On a goûté la tarte au citron et elle avait un bon goût de "reviens-y".

PS : au fait, Jackie ne prend pas non plus les cartes bancaires.

Restaurant Chez Jackie
17 rue Sala, Lyon 2e
12,50 € le plat + dessert
Pas de réservation, pas de numéro de téléphone
Ouvert tous les midis, du lundi au vendredi

Facebook Twitter Invitation S'inscrire / Suscribe Forward




Les dernières idées
Nouveau bistrot clandestin

Nouveau bistrot clandestin

Dans le coin droit : Philippe, cinquantaine athlétique, tout en tablier noir, en demi-sourire et en technique.
Dans le coin gauche : une enfilade de tables-billots et de chaises chinées, couvée par des suspensions cuivrées.

(Lire la suite)

3 nouvelles cantines pour déjeuner

3 nouvelles cantines pour déjeuner

Elles se sont mises en orbite en fin d'année, pendant qu'on avait l'esprit ailleurs. Mais ce serait trop bête de passer à côté de ces trois nouvelles cantines.

(Lire la suite)

Le resto pour sortir le grand jeu

Le resto pour sortir le grand jeu

- T'as trouvé, toi ?
- Attends, je cherche. Euh... maïs ? Ou alors, patate douce ?
- Non, madame : c'est de la racine de Maca.

(Lire la suite)

Bistrot caméléon

Bistrot caméléon

N'en faire qu'à sa tête. Pouvoir penser vert le matin, puis bleu quelques heures plus tard. En toute impunité. Le pied. En attendant d'avoir ce genre de liberté, on peut se replier sur une authentique cantine de quartier, qui change d'ambiance au moins deux fois par jour.

(Lire la suite)

Le vietnamien des affamés

Le vietnamien des affamés

Cantine vietnamienne animée. STOP. Portions ultra généreuses. STOP. Prix stoïques. STOP. Annuler sandwich d'urgence. STOP.

(Lire la suite)

Voir d'autres idées >>